Histoire du Cambodge

06/09/2020 by Benjamin
No Comments

Histoire du Cambodge

L’histoire du Cambodge fait du pays ce qu’il est aujourd’hui. Savoir ce que la nation a traversé vous donnera une appréciation et un amour plus profonds pour la culture, les gens et les lieux du Cambodge.

Le Cambodge a connu non seulement des saisons de puissance et de prospérité, mais aussi des périodes sombres de discorde, y compris un génocide à une échelle massive il y a seulement 40 ans. Celui-ci a laissé, derrière lui, un héritage de profondes cicatrices, marquant encore aujourd’hui le pays.

Première histoire du Cambodge (1er – 9ème siècles)

Histoire du Cambodge
Carte représentant le Tonlé Sap avec sa superficie permanente (Bleu foncé) et la superficie possible pendant la période de pluie (bleu clair)

Entre le 1er et le 9ème siècle, le Cambodge était couvert de petits royaumes, dont les royaumes de Funla et Chenla (voir aussi, Histoire de la Thaïlande), notés dans les archives historiques chinoises. Les gens cultivaient du riz et échangeaient des produits de base, tels que des épices, avec la Chine et l’Inde. Au fil du temps, la population s’est progressivement concentrée le long des fleuves Mékong et Tonlé Sap (devenu le lac majeur du Cambodge !).

Pendant cette période, les royaumes ont été fortement influencés par leurs voisins indiens, adoptant leurs traditions et religions: l’hindouisme et le bouddhisme.

Les Indiens sont probablement arrivés au Cambodge par les ports maritimes et les établissements commerciaux situés sur la côte sud du Vietnam. Celle-ci faisait partie d’une route commerciale reliant la baie du Bengale aux provinces du sud de la Chine.

La période d’Angkor (9ème – 15ème siècles)

Histoire du Cambodge
Angkor Wat et quelques moines bouddhistes!

L’Empire d’Angkor, également connu sous le nom d’Empire khmer, a commencé en 802 après JC, lorsque Jayavarman II a arraché la terre au contrôle javanais. Il a établi le royaume par des alliances et des conquêtes, ainsi que par la maîtrise des systèmes hydrauliques et d’irrigation.

L’Empire khmer est devenu le plus grand jamais vu en Asie du Sud-Est continentale. Avec sa capitale à Angkor, à Siem Reap, l’empire a régné à une époque sur la majeure partie de l’Indochine, y compris le Vietnam, le Myanmar, la Thaïlande, le Cambodge et le Laos d’aujourd’hui.

Histoire du Cambodge
Angkor Thom, Porte Sud

La prospérité à cette époque a été marquée par l’art angkorien et la construction de temples hindous et bouddhistes tels qu’Angkor Wat, Angkor Thom et d’autres. Le plus emblématique – Angkor Wat – est devenu une destination célèbre dans le monde entier pour les touristes et témoigne des gloires de l’ancien empire.

Âges sombres (15ème – 19ème siècles)

Histoire du Cambodge
Carte du Cambodge (au 17ème siècle) amputé d’une partie de son territoire

Peu à peu, l’empire khmer a été affaibli par des conflits internes et des dirigeants préoccupés par leur propre renommée et leur fortune. L’augmentation rapide de la population faisait également des ravages sur les terres et les gens.

Le réseau d’irrigation est devenu surmené et le limon a commencé à s’accumuler en raison de la déforestation à grande échelle. Les projets de construction massifs ont également épuisé les esclaves et les gens du peuple, qui ont fourni du travail et payé des impôts.

Alors que le royaume s’affaiblissait et que l’économie stagnait, l’empire commença à perdre ses territoires périphériques au profit des royaumes voisins. La région du delta du Mékong a finalement été occupée par les Vietnamiens du sud, tandis que Battambang et Siem Reap à l’ouest étaient contrôlées par les Thaïlandais.

En 1431, les Thaïlandais ont envahi la ville d’Angkor et l’ont rapidement abandonnée en raison de défaillances écologiques et de pannes d’infrastructure qui avaient déjà eu lieu. Par la suite, la capitale a changé plusieurs fois et s’est finalement installée à Phnom Penh.

L’ère coloniale française (1863–1953)

Roi Norodom 1er

En 1863, le roi Norodom a signé un accord avec les Français pour établir un protectorat sur le royaume du Cambodge, qui a finalement conduit à la signature d’un traité qui a transformé le royaume en colonie française. Les Français ont aidé la cour de Norodom à prospérer, protégeant le royaume cambodgien des Thaïlandais et des Vietnamiens.

Les Français ont également regagné Battambang et Siem Reap aux Thaïlandais. L’établissement français au Cambodge est évident, on peut toujours le voir grâce à l’architecture coloniale française à Battambang (par exemple), qui est maintenant devenue un centre pour la communauté artistique au Cambodge.

L’ère coloniale française a duré jusqu’en 1953, à l’exception d’une période de 4 ans pendant l’occupation japonaise durant la Seconde Guerre mondiale.

Premières années du Cambodge indépendant (1953-1975)

Roi Sihanouk

En 1953, le roi Sihanouk a déclaré l’indépendance du Cambodge par rapport aux Français. Sihanouk s’est rangé du côté des vietnamiens communistes dans la lutte contre le Sud-Vietnam et les États-Unis, et a permis aux vietnamiens communistes d’établir des bases en territoire cambodgien.

Son règne a été renversé avec le soutien des États-Unis par le général Lon Nol et le prince Sisowath Sirik Matak. Exilé de son propre pays, Sihanouk s’est ensuite allié aux Khmers rouges, un mouvement révolutionnaire cambodgien indigène à l’idéologie communiste, pour se rebeller contre le régime de Lon Nol.

Les Khmers rouges (1975-1979)

Histoire du Cambodge
Déplacement de Khmer Rouge

Comment parler de l’histoire du Cambodge sans parler de cette époque…

Il y a eu beaucoup de conflits au début des années 70 entre le gouvernement cambodgien et les rebelles khmers rouges. En avril 1975, les États-Unis ont finalement retiré leur soutien au gouvernement cambodgien et cinq jours plus tard, Phnom Penh est tombé aux mains des Khmers rouges.

Les Khmers rouges, dirigés par Pol Pot, ont changé le nom du pays en Kampuchea démocratique. Ils voulaient modeler la Chine maoïste pendant le Grand bond en avant et créer un pays communiste d’agriculteurs.

Pol Pot en Septembre 1978, quelques mois avant que le Vietnam installe un nouveau gouvernement au Cambodge

Un jour après la conquête de Phnom Penh par les Khmers rouges, ils ont évacué tout le monde de la ville vers les zones rurales. Cela a marqué le début d’un génocide à l’échelle du pays qui a tué environ un quart de la population, soit environ 2 millions de personnes.

Des civils ont été envoyés dans les zones rurales pour des travaux forcés et beaucoup sont morts du travail. Les personnes instruites ont été persécutées, en particulier les médecins, les enseignants et les avocats. Beaucoup ont été reconnus coupables d’espionnage pour les alliés puis envoyés en prison et torturés. Les livres et les temples ont été détruits, ainsi que tout ce qui était lié à l’Occident.

Certaines des horreurs de cette période sont enregistrées au Musée S21, qui était autrefois une prison pour les prisonniers khmers rouges. Les champs de la mort de Choeung EK préserve également le site d’anciens vergers qui sont devenus une fosse commune pour les victimes, où au moins 8 895 corps ont été enterrés.

Occupation vietnamienne et participation des Nations Unies (1979-1991)

2019, Le Cambodge fête les 40 ans de la fin du « règne » des Khmers Rouge

Le règne des Khmers rouges a pris fin en 1979 lorsque le Vietnam a envahi le Cambodge. À sa place, la nouvelle République populaire du Kampuchea (PRK) a été créée et les années suivantes, la guerre civile a déplacé des centaines de milliers de Cambodgiens, et beaucoup ont fui vers des camps de réfugiés le long de la frontière avec la Thaïlande.

Dans le but de créer la paix, un accord de paix global connu sous le nom d’Autorité transitoire des Nations Unies au Cambodge (APRONUC) a été établi en 1991 par l’ONU. Le règlement a arrangé un cessez-le-feu, a traité des réfugiés et du désarmement.

Processus de rétablissement (de 1991 à aujourd’hui)

Jeunes cambodgiennes participant à un atelier d’art créatif dans l’association « Au delà les rizières », nous avons pu les rencontrer en 2019 et ils sont tous géniaux!

Le Cambodge doit encore se remettre des souvenirs et des effets dévastateurs du génocide. Beaucoup étaient impliqués dans le meurtre, mais pour aller de l’avant, le gouvernement a décidé de leur pardonner et de ne traduire en justice que les hauts dirigeants khmers rouges.

Depuis lors, le Cambodge a fait des progrès vers le redressement et le développement grâce au rétablissement de ses systèmes et infrastructures éducatifs, ainsi qu’à la reconstruction de son identité en tant que nation. Histoire du Cambodge fb

 

Si tu veux en savoir plus sur la mission et les objectifs de l’association Au Delà Les Rizières, cliques sur leur nom et tu pourras en apprendre plus sur leur site! Bonne lecture et merci pour eux 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :