Histoire de la Thaïlande

24/08/2020 by Benjamin
1 Comment

La Thaïlande n’est que le « pays des Thaïlandais » depuis environ mille ans. Avant l’arrivée des Thaïlandais du sud de la Chine, il existait plusieurs royaumes indianisés successifs ou concurrents dans la région, ils étaient môn, khmer ou malais. Histoire de la Thaïlande

Les Thaïlandais ont établi leurs propres royaumes, d’abord Sukhothai et Lanna (ou Lan Na), puis Ayutthaya. Ces Etats luttent entre eux et sont constamment menacés par l’Empire khmer, la Birmanie et le Vietnam. Progressivement plus puissante, la Thaïlande, amputée de plusieurs régions (Cambodge, Laos) souffrit aussi des empiétements de l’Europe coloniale au 19ème siècle et au début du 20ème siècle. Les Thaïlandais sont fiers d’être le seul pays d’Asie du Sud-Est à n’avoir jamais été colonisé, mais certains d’entre eux évoquent un protectorat de fait.

Après la fin de la monarchie en 1932, malgré la mise en place d’un système parlementaire, la Thaïlande vit toujours sous un régime contrôlé par les forces militaires. L’armée jouant un rôle majeur dans la vie politique actuelle du pays, le système est souvent affaibli.


Préhistoire

Histoire de la Thaïlande
Poteries du site archéologique de Ban Chiang, Thaïlande

Les vestiges humains les plus anciens sont les galets aménagés trouvés à Lampang. Leur histoire remonte à 700 000 ans et peut être attribuée à Homo erectus.

Sur le site archéologique de Ban Chiang près d’Udon Thani dans la partie nord-est du pays, les restes d’une culture inconnue ont été découverts en 1967, datant de l’âge du bronze (4000 à 2500 avant J.C). Les habitants de la région ont développé des outils en bronze et ont commencé à cultiver du riz dans les rizières, ce qui a marqué le début d’une société organisée. Des tombes et un grand nombre de poteries peintes, et plus tard des bronzes, ont été mis au jour. Le site a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1992. Histoire de la Thaïlande


Funan et Champa

Histoire de la Thaïlande
Carte de Funan et Champa


Au 3ème siècle de notre ère, Funan, une puissance maritime nommée uniquement dans le texte chinois, contrôlait le sud.
Le centre économique de Funan est situé dans la région d’Oc-Eo, au sud du Vietnam, et contrôle le Vietnam, la basse vallée de la rivière Chao Phraya et le nord de la péninsule malaise.
Ils ont décrit les habitants du Funan comme « laids, noirs, bouclés, nus et pieds nus » dans un rapport d’une mission chinoise entre 245 et 250. On pense qu’ils étaient ethniquement Khmers

À la fin du 5ème siècle, une nouvelle puissance est apparue dans ce qui est aujourd’hui le sud du Laos, une terre agricole, et elle ne s’appelle Chen-la (Champa) que par son nom chinois. Ce royaume s’est rapidement étendu à la partie nord du Cambodge actuel et au nord-est de la Thaïlande, et a finalement annexé Funan. Champa est considéré comme l’ancêtre du Cambodge.

Cette vaste zone (équivalente à l’Indochine moins le Grand Vietnam) est appelée Sovannaphum ou Sovarnabhumi par les étrangers.

Les Môn

Histoire de la Thaïlande
Sculpture Dvaravati

Entre le 6ème et le 9ème siècle, la civilisation dite Dvaravati a prospéré dans le centre de la Thaïlande. Cette civilisation appartient à un seul peuple, les Mon, qui vivait de la Basse-Birmanie à la partie nord de la péninsule malaise. La diffusion du site de Dvaravati montre que sa prospérité est liée au commerce à travers le continent de l’Asie du Sud-Est.

Au 7ème siècle, le royaume de Lavo (disparu en 1388) fut établi sur le site de l’actuel Lopburi, et au 8ème ou 9ème siècle, le royaume de Haripunjaya (disparu au 13ème siècle) fut établi sur ce qui est aujourd’hui Lamphun. Histoire de la Thaïlande

La Péninsule Malaisienne

Stupa de Chaiya

La péninsule malaise fait depuis longtemps partie du réseau commercial maritime qui relie la Chine et l’Inde, parfois appelée « route maritime de la soie ». Les cités portuaires de la péninsule adoptent des modèles culturels et politiques indiens. Des écrits chinois, du 3ème siècle après JC, mentionne une ville appelée Dun-Sun. Elle est située dans la partie nord de la péninsule et contrôle les deux côtes.

 

Près de la ville actuelle de Chaiya, plus au sud, des reliques datant du début du 5ème siècle ont été découvertes, appartenant à la ville appelée Pan-pan en chinois.

À Chaiya même, nous avons trouvé une inscription datant de 697 de l’époque Saka (c’est-à-dire 775 après JC), qui déclarait qu’un roi de Sriwijaya, cité-Etat dont l’emplacement correspond à l’actuelle ville de Palembang, avait construit un stupa. Histoire de la Thaïlande

Les Khmers

Illustration d'Angkor Wat
Illustration d’Angkor Wat

Depuis le 9ème siècle, le peuple khmer qui a établi la capitale à Angkor, a progressivement contrôlé tout le continent de l’Asie du Sud-Est, imposant sa domination à son cousin Môn.

À cette époque, les premiers Thaïlandais du sud de la Chine ont commencé à s’installer dans la partie nord de l’empire khmer, au nord des montagnes Dângrêk. Aux 11ème et 12ème siècles, les Thaïlandais dominaient la population de la région.

 

 


Les Royaumes de Sukhothaï et Lannathai (1238-1558)

Temple de Wat Sra Si, Sukhothai


Selon la tradition, les chefs de clan thaï de Sukhothai ont été libéré du suzerain khmer en 1238 et ont élu un roi. Ramkhamhaeng, le fils du roi, ou « Rama le Hardi », est connu par une inscription de 1292. Les Thaïlandais croient que les fondements de leur pays date de cette époque.
Après sa mort, le pouvoir de Sukhothai s’est affaibli et est devenu le corps principal du royaume d’Ayutthaya en 1365. Celui-ci a gouverné le sud et le centre de la Thaïlande jusqu’en 1700. Histoire de la Thaïlande

Il existe de nombreux autres États en Thaïlande qui coexistaient avec Sukhothai, en particulier les royaumes Lannathai ou Lanna dans le nord. Cet état est apparu à peu près en même temps que Sukhothai, mais a vécu plus longtemps.
Son histoire d’indépendance a pris fin lorsqu’il est devenu birman en 1558. Ensuite, il fut tour à tour dirigé par Ayutthaya et la Birmanie, avant d’être conquis par le roi Thaksin du Siam en 1775.

Le Royaume d’Ayutthaya (1350-1767)

Temple Wat Chai Wathanaram d’Ayutthaya

Le roi Ramathibodi I, le premier souverain d’Ayutthaya, a apporté deux contributions importantes à l’histoire de la Thaïlande:
– L’établissement et la promotion du bouddhisme Theravada en tant que religion officielle, montrant la séparation de son royaume du royaume hindou voisin d’Angkor
– La compilation de Dharmashastra, qui est basée sur les informations hindous mais aussi sur les lois et règlements des coutumes traditionnelles thaïlandaises.
Le Dharmashastra a été un instrument du droit thaïlandais jusqu’à la fin du 19ème siècle. Histoire de la Thaïlande

Ayutthaya a des liens avec l’Occident, à commencer par les Portugais au 16ème siècle. Mais jusqu’au 19ème siècle, ses relations avec les pays voisins comme l’Inde et la Chine étaient les plus importantes.
Ayutthaya contrôle une quantité considérable de territoire, du royaume du nord de la Malaisie péninsulaire aux Etats du nord de la Thaïlande. Cependant, les Birmans qui contrôlaient le royaume de Lanna et unifièrent le royaume sous une puissante dynastie lancèrent plusieurs tentatives d’invasion dans les années 1750 et 1760.
Enfin, en 1767, les Birmans ont attaqué Ayutthaya et celle-ci céda.
La famille royale tente de fuir la ville mais le roi meurt de faim seulement dix jours plus tard, marquant là, la fin de la famille royale d’Ayutthaya.


La période de Bangkok, Thonburi (1768-1932)

Histoire de la Thaïlande
Vue de Thonburi et du fleuve Chao Phraya

Après plus de 400 ans de pouvoir, le royaume d’Ayutthaya a été conquis par l’armée birmane en 1767, la capitale a été incendiée et le territoire s’est effondré. Histoire de la Thaïlande

Le général Thaksin réussit à unifier de nouveau le Siam dans sa nouvelle capitale, Thonburi, et fut déclaré roi en 1769.
Cependant, le roi Thaksin a été déclaré fou, privé de son titre, emprisonné et exécuté en 1782.
Le général Chakri lui succéda en 1782. Il fut le premier roi de la nouvelle dynastie Chakri. La même année, il établit la nouvelle capitale Bangkok sur les rives du fleuve Chao Phraya en face de Thonburi.

Dans les années 1790, les Birmans ont été vaincus et chassés du Siam. Le royaume de Lanna s’est également débarrassé de l’occupation birmane et a établi une nouvelle dynastie, ici, en 1790. Mais, le nouveau roi Lanna est un pantin du roi Chakri.

Les relations avec les Européens au 19ème siècle

Histoire de la Thaïlande
Carte de Siam et des territoires cédés (ainsi que les dates de cessations)

Après que la Grande-Bretagne eut vaincu le royaume Ava de Birmanie en 1826, les héritiers du roi Rama I s’inquiétèrent de la menace du colonialisme européen. En 1826, le « Traité de Burney » fut signé avec la Grande-Bretagne, promesse d’amitié et de commerce entre les pays, ce qui donna officiellement à la Thaïlande la première reconnaissance de la puissance coloniale dans la région.

En 1833, les États-Unis et le Siam ont commencé des échanges diplomatiques. Cependant, c’est sous les règnes de Mongkut (Rama IV) et de son fils le roi Chulalongkorn (Rama V) que la Thaïlande s’est fermement rapprochée des puissances occidentales.
Les Thaïlandais attribuent les qualités diplomatiques de ces monarques, et les réformes modernistes de leurs gouvernements, au fait que la Thaïlande soit le seul pays d’Asie du Sud-Est à avoir échappé à la domination coloniale. Histoire de la Thaïlande

Peu à peu, au 19ème siècle, le Siam recule face à deux puissances européennes: la Grande-Bretagne et la France. Ces deux pouvoirs ont absorbé une partie du pays, à la fois territorialement et souverainement.

La France est intervenue à deux reprises en 1873 et 1883 pour arrêter la piraterie des pavillons noirs dans le Tonkin, théoriquement sous le règne du protectorat siamois. En réponse, le Siam occupa Luang Prabang en 1883, mais ne put empêcher l’établissement du vice-consulat de France (Auguste Pavi) dans la ville en 1886, ni d’empêcher la France d’annexer 72 cantons en 1888.

En 1893, il y a eu plusieurs incidents opposant le Siam et  France. Cette dernière les a provoqué, ce qui a augmenté la pression des deux côtés. Jusqu’au moment où elle envoie de façon illégale deux canonnières dans l’embouchure du Chao Phraya. Leur capitaine a annoncé son intention de se rendre à Bangkok. Histoire de la Thaïlande
Le Siam se met en tort en ouvrant le feu : le casus belli est saisi par Pavie, un résident français basé à Bangkok, ce qui déclencha la guerre franco-siamoise en 1893.
Il exige l’abandon de la rive orientale du Mékong ; un blocus est mis en place à l’embouchure du Chao Phraya. Le Siam cède et la France ajoute à ses exigences une zone démilitarisée large de 25 km le long de la rive occidentale du Mékong, plus les provinces de Battambang et de Siem Reap. La ville de Chantaburi est occupée par une garnison française (traité signé le 3 octobre 1893).

Le 13 février 1904, la France a annexé Luang Prabang et Champassak.

Du côté anglais, des provinces sont réunies au Myanmar. Le chemin de fer vers Singapour appartient exclusivement à des entreprises britanniques. La Grande-Bretagne a également reçu l’assurance qu’aucun canal ne sera creusé dans l’isthme de Kra.

Le «Traité Anglo-Siam» de 1909 a établi la frontière moderne entre le Siam et la Malaisie britannique. Le Siam doit céder au Royaume-Uni les États de Kedah, Kelantan, Perlis et Terengganu en Malaisie, ce n’est qu’alors que ses États vassaux sont devenus des protecteurs britanniques. Le statut de suzerain de la Thaïlande est maintenu dans le royaume de Patani (divisé depuis en Pattani, Yala, Narathiwat) et dans la région de Setul, séparée de Kedah (et devenue la province de Satun).

Une série de traités avec la France assurait les frontières orientales actuelles du pays avec le Laos et le Cambodge. Le Siam l’avait déjà demandé et contrôlait dans une certaine mesure ces deux territoires.

Sous le règne de Chulalongkorn, le Siam a perdu un total de 456 000 km². Histoire de la Thaïlande

Première Guerre Mondiale

Histoire de la Thaïlande
Armée siamoise défilant vers l’Arc de Triomphe, à Paris

Bien que le Siam ne s’inquiète pas de la Première Guerre mondiale, le roi Rama VI a décidé d’engager des troupes, dans l’espoir de mettre fin aux traités inégaux. Le pays a déclaré la guerre à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie le 22 juillet 1917. Son armée a capturé plusieurs navires allemands et a envoyé une petite force expéditionnaire en Europe. Cette action a permis au Siam de figurer parmi les vainqueurs de cette guerre, au traité de Versailles, et parmi les fondateurs de la Société des Nations.

 

 

 


La Dictature militaire et la Seconde Guerre Mondiale

 

Histoire de la Thaïlande
Soldats thaïlandais durant la seconde guerre mondiale

Le coup d’État au Siam le 24 juin 1932 fut une transition impitoyable, mais non sanglante, d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle. Parmi les conspirateurs se trouve le lieutenant-colonel Plaek Pibulsonggram, également connu sous le nom de Phibun. En 1935, le roi Prajadhipok a abdiqué. Son neveu Ananda Mahidol, un enfant élevé en Suisse, a été nommé pour lui succéder.

En 1938 Phibun, qui a maintenant le grade de major-général, devient premier ministre. Il est un admirateur de Mussolini. En 1939, il a arrêté 40 opposants politiques, monarchistes et démocrates. Après quelques imitations de procès, 18 d’entre eux ont été exécutés.
Phibun a changé le nom du pays : Siam devient Prathet Thai, « Pays des Thaï » ou Thaïlande. Le nom implique l’unité de tous les peuples de langue thaï, y compris les Lao du Laos et les Shan de Birmanie, mais pas le chinois.
De plus, le slogan du régime est « La Thaïlande aux Thaï ». Un autre argument est l’étymologie, le mot thaï signifie également «libre». De 1939 à 1945, le nom Prathet Thai a été utilisé, non officiellement, par les autorités thaïlandaises et a été officiellement annoncé le 11 mai 1949.

En 1940, la Thaïlande a utilisé la fragilité de la France suite à la défaite de juin contre les allemands pour attaquer l’Indochine française. La guerre franco-thaïlandaise a duré plusieurs mois et s’est terminée par l’annexion de certaines provinces par la Thaïlande, notamment en raison de l’arbitrage de l’Empire japonais, qui voulait protéger et ménager la Thaïlande, au vue d’une hypothétique futur collaboration dans ses projets de conquêtes.

Le 8 décembre 1941, quelques heures après l’attaque de Pearl Harbor, la 25ème armée japonaise envahit le sud de la Malaisie et fut ensuite protégée par les Britanniques.

Mouvement des troupes japonaises en Malaisie, Seconde guerre mondiale

Le gouvernement thaïlandais n’a pas approuvé le transit, mais le Japon l’a adopté. Il y a eu un conflit entre la Thaïlande et le Japon, mais le cessez-le-feu a été annoncé le même jour.
Le gouvernement thaïlandais a remarqué le développement rapide de l’armée japonaise dans la campagne malaisienne, il oublie les réserves qu’il portait à propos de ce transit et s’allie à l’empire japonais.
Le quartier général impérial japonais a signé le «Traité d’amitié» avec le gouvernement thaïlandais le 21 décembre. Ce dernier a autorisé le Japon à posséder des bases militaires pour envahir d’autres pays d’Asie du Sud-Est.
Le 22 janvier 1942, la 55ème division a quitté Rahaeng (région de Pathum Thani) en Thaïlande et a attaqué la Birmanie par le col de Kawkareik en pays Karen. La 17ème Division indienne britannique, formée à la hâte et mal entraînée, défendit la région mais dut battre en retraite vers l’ouest.

Selon l’alliance militaire thaï-japonaise signée le 21 décembre 1941, le 25 janvier 1942, la Thaïlande a déclaré la guerre à l’alliance. Le 10 mai 1942, des membres de l’armée thaïlandaise ont traversé la frontière dans l’État Shan (la langue utilisée par ses résidents est la même que le thaï) au Myanmar.
Trois divisions d’infanterie et une division de cavalerie, dirigées par le régiment de reconnaissance et soutenues par l’aviation, prirent contact avec la 93ème division chinoise, qui dut battre en retraite. Kengtung est prise le 27 mai. La nouvelle offensive a ramené l’armée chinoise au Yunnan, dans le sud de la Chine.

En août 1943, les puissances alliées ont établi le Commandement de l’Asie du Sud-Est (SEAC) pour coordonner leurs diverses forces dans le théâtre de l’Asie du Sud-Est. Les principales zones opérationnelles des forces terrestres du SEAC sont l’Inde, le Myanmar, Ceylan, la Malaisie, Sumatra (Indonésie) et la Thaïlande.

En Thaïlande, l’opposition a la politique de Prak Pibulsonggram voit le jour. L’ambassadeur de Thaïlande aux États-Unis, Seni Pramoj, a refusé de reporter la déclaration de guerre et a créé les « Forces Thaïlandes Libres » à Washington.
La reine Ramphaiphanni, la veuve de l’ancien roi Rama VII, dirige le gouvernement en exil au Royaume-Uni. Le régent Pridi Banomyong dirigeait secrètement le mouvement anti-japonais. L’économie de la Thaïlande souffre de sa participation aux conflits mondiaux. En tant qu’allié du Japon, le pays a été bombardé.

Après des revers puis des échecs au Japon, Phibun est en minorité à l’assemblé et est contraint de démissionner. À la fin de la guerre, les Alliés l’ont jugé pour crimes de guerre et coopération avec l’ennemi. Cependant, l’opinion publique en sa faveur a conduit à la fin du procès.


Après la Seconde Guerre Mondiale

Histoire de la Thaïlande
Photo de Phibun

Après des années d’absence, le jeune roi Ananda Mahidol retourne en Thaïlande à la fin de 1945. Cependant, le 9 juin 1946, il a été retrouvé mort, abattu et tué dans un environnement flou. Son frère Bhumibol Adulyadej (Rama IX) lui succéda.

En novembre 1947, l’armée contrôlée par Phibun contraint le gouvernement à démissionner. Phibun est redevenu, pour la seconde fois, Premier ministre en avril 1948. Cette fois, son régime a adopté une façade démocratique. Pendant la guerre de Corée de 1950 à 1953, la Thaïlande a participé à la Force multinationale des Nations Unies, et le Premier ministre reçoit l’aide des États-Unis.

Phibun a relancé la politique anti-chinoise des années 1930. Son gouvernement a arrêté l’immigration chinoise et a adopté diverses mesures pour restreindre la domination économique chinoise en Thaïlande. Les écoles et associations chinoises sont à nouveau interdites.

En 1951, alors qu’il participait à une cérémonie sur l’USS Manhattan, Phibun fut pris en otage par un groupe d’officier de la marine thaïlandaise. Des combats entre la marine et l’armée de terre ont éclaté dans les rues de Bangkok, cette dernière étant soutenue par l’armée de l’air. Phibun a réussi à s’échapper. Les marins déposent leurs armes.

La Thaïlande a signé l’Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est (SEATO) en 1954 et est devenue un allié officiel des États-Unis. Pendant la guerre d’Indochine, la Thaïlande n’est pas sollicitée.

En 1957, le maréchal Sarit Thanarat prend le pouvoir et contraint Phibun à l’exil au Japon. Ce dernier y resta jusqu’à sa mort en 1964.

La Thaïlande a conclu un accord secret avec les États-Unis en 1961. Pendant la guerre du Vietnam, la Thaïlande a envoyé des troupes au Vietnam et au Laos et a autorisé les États-Unis à établir des bases aériennes dans l’est du pays. C’est donc d’ici que décollait les bombardiers B-52 qui ont bombardé le Nord-Vietnam.

En 1972, les forces armées ont massacré des centaines d’agriculteurs, peut-être plus de 3 000, dans la province de Phattalung, dans le sud de la Thaïlande, soupçonnés de soutenir une rébellion communiste. Avant cela, les suspects communistes arrêtés par l’armée étaient généralement abattus et leurs corps laissés sur place. Cette fois, la méthode du «barils rouge» a été introduite pour éliminer toute preuve possible. Les suspects ont été battu jusqu’à ce qu’il soit à moitié inconscient, puis jeté dans un baril contenant de l’essence et brûlé vif.


1973 et après : un début de démocratie

Histoire de la Thaïlande
Photo de Thanom kittikachorn

En 1973, une manifestation menée principalement par des étudiants a conduit au départ du dictateur militaire Thanom Kittikhachorn. Au détriment d’environ 70 manifestants, morts « pour la cause », la Thaïlande a ouvert l’une des rares périodes démocratiques de son histoire.

Depuis 1973, l’histoire de la Thaïlande est une série de transitions difficiles et parfois sanglantes entre le pouvoir militaire et le pouvoir civil. La révolution de 1973 a été suivie d’une démocratie brève et instable, suivie du retour du régime militaire, qui est arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État en 1976. En raison de nombreux coups d’État, le régime militaire est très instable. Au cours de la plus grande partie des années 1980, le général Prem Tinsulanonde a régné sur la Thaïlande à la tête du régime militaire, et ce, avec un mandat démocratique à partir de 1983. Par la suite, le pays est resté démocratique, sauf pendant une brève période de régime militaire entre 1991 et 1992. Le parti thaïlandais Rak Thai (« les thaï aiment les thaï ») dirigé par le Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra est au pouvoir depuis 2001 mais est renversé par un nouveau coup d’État en 2006. Histoire de la Thaïlande

Révolution

Histoire de la Thaïlande
Rama IX

En octobre 1973, une manifestation à grande échelle a eu lieu à Bangkok, exigeant la fin du régime militaire. Le général Thanom Kittikachorn a réagi vigoureusement: pas moins de 70 manifestants ont été tués dans la rue. Cette intervention violente du régime militaire a incité le roi Rama IX à retirer son soutien au régime militaire, ce qui était sa première intervention dans la politique thaïlandaise. Le 14 octobre 1973, le général Thanom Kittikachorn démissionne et quitte la Thaïlande.

On a découvert que les événements d’octobre 1973 avaient profondément changé la politique thaïlandaise. La bourgeoisie urbaine dirigée par des étudiants a vaincu pour la première fois la force combinée de l’ancienne classe dirigeante et de l’armée, et a obtenu la bénédiction évidente du roi pour la transition vers la démocratie. La nouvelle constitution stipule la démocratie par législature élue. Histoire de la Thaïlande

Cependant, la Thaïlande n’a pas encore produit une classe politique capable de gérer cette nouvelle démocratie sans heurts. L’élection de janvier 1975 n’a pas produit une majorité stable, tandis que la nouvelle élection d’avril 1976 a produit le même résultat. Le politicien vétéran Seni Pramoj et son frère Kukrit Pramoj ont dirigé à tour de rôle, mais n’ont pas réussi à mener une réforme cohérente du système politique. La forte hausse des prix du pétrole en 1974 a conduit à la récession et à l’inflation, affaiblissant la position du gouvernement. Le geste politique le plus populaire d’un gouvernement démocratique est d’ordonner aux troupes américaines de se retirer de Thaïlande. Histoire de la Thaïlande

Lorsque le Parti communiste a pris le pouvoir au Vietnam, au Laos et au Cambodge, en avril 1975 et mai 1975, la sagesse de ce geste a été rapidement remise en question. L’arrivée des régimes communistes aux frontières de la Thaïlande, l’abolition de 600 ans de monarchie laotienne et l’arrivée d’une pléthore de réfugiés du Laos et du Cambodge, ont fait basculer l’opinion publique thaï à nouveau vers la droite et les conservateurs ont fait bien mieux aux élections de 1976 qu’en 1975. L’aile gauche du mouvement étudiant n’a pas accepté leur victoire et a continué à manifester pour des changements radicaux.

Régime Militaire

Histoire de la Thaïlande
Massacre de Thammasat

À la fin de 1976, la bourgeoisie modérée s’était retournée contre l’activisme, des étudiants, de plus en plus radical basé à l’Université Thammasat. L’armée et les partis politiques de droite se battent contre des groupes paramilitaires tels que les «Villages Scouts» et la «Red Gaurs», et contre la gauche radicale. Cet exemple s’est produit en octobre, lorsque Thanom est retourné en Thaïlande pour entrer dans un monastère. Des manifestations étudiantes se sont heurtées à des contre-manifestants.
Le 6 octobre 1976, l’armée a lâché les paramilitaires sur les manifestants, organisant le massacre de Thammasat, et a utilisé cette orgie de violence, dans laquelle des centaines d’étudiants ont été torturés et tués, pour suspendre la constitution et reprendre le pouvoir. Depuis, de nombreux étudiants sont entrés, dans la clandestinité, au Parti communiste thaïlandais (PCT). Histoire de la Thaïlande

21ème Siècle

Histoire de la Thaïlande
Mouvement des Chemises Rouges et des Chemises Jaunes

Entre 2000 et 2010, un camp appelé «Chemises Jaunes» (la couleur du jour du roi) s’est opposé à «Chemises Rouges». Les premiers rassemblaient principalement des élites conservatrices urbaines hostiles à la démocratie dite «à l’occidentale» et attachées à la monarchie. Ils soutiennent le Parti démocrate et l’armée. Les autres représentent principalement les classes les plus riches, attirées par les mesures de lutte contre la pauvreté. Ils sont favorables au maintien de la démocratie et moins à la monarchie. Ils soutiennent le parti Thai rak Thai, qui est devenu le parti Pheu Thai dominé par la famille Shinawatra en 2008 et qui a remporté toutes les élections depuis 2001.

Elections et coups d’Etats

Histoire de la Thaïlande
Photo de Thaksin Shinawatra

En 2001, le Parti patriotique thaïlandais, dirigé par Thaksin Shinawatra, a remporté l’élection et lancé une série de réformes à destinations des classes populaires, en particulier dans les régions rurales et orientales du pays. Le 19 septembre 2006, alors que le Premier ministre Thaksin était à New York, il a été renversé par certaines forces armées. Le chef de l’armée, âgé de 59 ans, le général Sonthi Boonyaratglin, a été le premier musulman du royaume bouddhiste à occuper ce poste. Il a dirigé, en tant que chef, la Commission de réforme démocratique composée de trois armés et de  la police, et a aboli la Constitution de 1997. Une loi martiale peu claire a été émise, le gouvernement a été dissous et a pris les pleins pouvoirs. Depuis ce jour, plusieurs Premiers ministres se sont succédés les uns après les autres, mais les turbulences persistent et des manifestations de grande ampleur ont éclaté en 2010.

En tant qu’héritiers du mouvement communiste, la plupart des membres du mouvement républicain thaïlandais ont rejoint les chemises rouges dans les années 2000 pour s’opposer au régime militaire. Le républicanisme est considéré comme un crime de lèse-majesté* passible de quinze ans de prison. Des militants républicains réfugiés au Laos ont été assassinés. Le Premier Ministre Prayut Chan-o-cha, qui s’est rendu au Laos le lendemain, a demandé l’extradition de tous les ressortissants thaïlandais accusés de lèse-majesté.

En 2011, la sœur cadette de Thaksin, Yingluck Shinawatra, est devenue Premier ministre. Fin 2013, elle a été accusée d’être le pantin de son frère toujours en exil. Elle a été la cible de manifestations de l’opposition (urbaine et royaliste, tandis que le Premier ministre était soutenu par des agriculteurs ruraux), a exigé sa démission et envisagé un projet d’amnistie pouvant aider Thaksin à retourner en Thaïlande. Bien que des milliers de manifestants aient réussi à envahir le siège du gouvernement, cette action n’a pas été considérée comme une victoire politique. Une trêve apparait pour célébrer le 86e anniversaire de la naissance du roi Bhumibol (Rama IX) et l’armée a refusé de prendre position, mais elle a finalement décidé de dissoudre le parlement et d’organiser les élections législatives anticipées du 2 février 2014.

Histoire de la Thaïlande
Photo de Rama IX (à gauche) et de son fils Rama X (à droite) actuel roi de Thaïlande

Après l’interdiction des manifestations et des rassemblements politiques, la loi martiale a été imposée. Dans les semaines qui ont suivi l’adoption de la loi martiale, des dizaines d’intellectuels, de journalistes et de radicaux ont été détenus dans des camps militaires pour avoir violé la loi martiale. Depuis la création de la monarchie constitutionnelle en 1932, le pays a connu son douzième coup d’État réussi en 2014.

Rama X est devenu le nouveau roi de Thaïlande suite au décès de son père, Rama IX, le 13 octobre 2016.

 

 


Sources :

* lèse-majesté : Atteinte envers la personne ou le groupe de personnes exerçant le pouvoir

1) « La Thaïlande n’a jamais été colonisée ? Vous en êtes sûr ? »
2) « Thaïlande : Thammasat, le massacre oublié »
3) « Loi martiale en Thaïlande : l’armée déployée à Bangkok, les médias censurés »
4) « Thaïlande : crime de lèse-majesté pourchassé jusqu’au Laos »
5) « La Thaïlande dans l’impasse politique »
6)  Jaran Ditapichai « La Thaïlande est aujourd’hui une vrai dictature »
7) « Thaïlande : le putschiste, le roi, la monarchie »
8) Le Royaume de Sukhothaï
9) Le Royaume d’Ayutthaya
10) Dans la tradition culturelle thaïe, chaque jour de la semaine a une couleur déterminée : lundi, jaune ; mardi, rose ; mercredi, vert ; jeudi, orange ; vendredi, bleu ; samedi, violet ; dimanche, rouge.

One thought on “Histoire de la Thaïlande

  1. Très joli article sur l histoire de la Thaïlande, j’ai appris des choses que je ne savais pas. Merci

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :