Les Ethnies du Laos

16/10/2020 by Benjamin
No Comments

Les Ethnies du Laos sont les plus diversifié d’Asie du Sud-Est. Le peuple lao comprend quatre grandes familles ethnolinguistiques: Lao-Taï (62,4%), Mon-Khmer (23,7%), Hmong-Lu mien (9,7%) et Chino-Tibétain (2,9%) , qui sont officiellement divisées en 50 groupes ethniques. Les 50 groupes ethniques du pays peuvent être subdivisés en plus de 200 sous-groupes ethniques. 

Les Ethnies du Laos
Représentation de l’emplacement des populations au Laos (Lao-Tai , Mon-Khmer , Hmong-lu mien , et Chine-Tibet)

Les Ethnies du Laos sont dispersés géographiquement et ont été historiquement référencés en termes de trois emplacements topographiques: le Lao Loum (basses terres), Lao Theung (terres moyennes) et Lao Soung (hautes terres). Ces catégorisations impliquaient également des systèmes de production agricole traditionnels, les peuples des plaines cultivant généralement du riz paddy, et les peuples des terres médianes et des hautes terres poursuivant des pratiques de culture itinérante. 

À partir de la Conférence de 1981 sur les minorités ethniques, le gouvernement lao a officiellement retiré ces trois catégorisations géographiques précédemment appliquées aux groupes ethniques, en faveur d’un système divisant le peuple lao en quatre familles ethnolinguistiques précédemment mentionnées (Lao-Tai, Mon-Khmer, Hmong-lu Mien et Chine-Tibétain). Cette étape a été franchie en raison de l’évolution des pratiques agricoles et de la géographie des groupes ethniques qui ont rendu les classifications quelque peu inexactes. Pourtant, malgré ce changement, les termes Lao Loum, Lao Theung et Lao Soung sont souvent utilisés de manière familière dans les conversations actuelles. Les Ethnies du Laos

La famille ethnique et linguistique lao-taï est composée de huit groupes ethniques individuels et habite généralement les basses terres. La famille Mon-Khmer comprend 33 groupes ethniques individuels. Il existe deux groupes ethniques appartenant à la famille ethnolinguistique Hmong-lu Mien et 7 groupes appartenant à la famille sino-tibétaine. Les peuples Hmong-lu Mien et sino-tibétain habitent traditionnellement les hautes terres du Laos. Le bouddhisme est la religion la plus courante dans les groupes lao-taï, tandis que l’animisme est répandu dans les groupes non lao-taï. 

Les Ethnies du Laos
Graphique: Arbres des groupes ethnolinguistiques 2018.

 

Parmi les groupes ethniques individuels, le groupe ethnique lao (famille Lao-Tai) est le plus important, représentant 53% de la population totale du Laos. Le groupe ethnique Khmou (famille Mon-Khmer) compte pour 11%, les Hmong (famille Hmong-lu Mien) représentant environ 9%.

                          

 

Les Ethnies du Laos
Graphique: Proportions de groupes ethniques au Laos. 

Le gouvernement lao n’utilise pas le mot «indigène». Bien que l’expression «minorités ethniques» soit parfois utilisée, le gouvernement considère officiellement tous les citoyens, y compris les lao-ethniques, comme appartenant à des «groupes ethniques», qui ne sont pas spécifiques aux minorités. Cette approche est utilisée principalement parce que le gouvernement veut promouvoir l’unité entre les peuples lao, en éliminant les différences entre les groupes ethniques. Dans cet article, le terme «minorités ethniques» sera utilisé pour désigner des personnes appartenant à des groupes autres que l’ethnie lao, par souci de clarté.

 

 

Cadre juridique et institutionnel autour des groupes ethniques

Tous les groupes ethniques de la RDP lao sont soumis au même cadre juridique et institutionnel. La Constitution de 1991 de la RDP lao et la Constitution actuelle de 2015 stipulent que «l’État poursuit la politique de promotion de l’unité et de l’égalité entre tous les groupes ethniques» et interdit tout acte de division et de discrimination. La politique relative aux minorités ethniques de 1992, ou résolution de l’Organisation centrale du Parti concernant les affaires des minorités ethniques dans la nouvelle ère , visait à améliorer progressivement l’accès des groupes ethniques aux services et à éliminer la discrimination. La politique appelait également à rééduquer les minorités ethniques pour qu’elles abandonnent les coutumes «arriérées», ce qui suggère que les efforts pour promouvoir l’unité et l’égalité peuvent aboutir à une tentative d’assimilation culturelle des minorités ethniques.

La Directive sur la consultation des groupes ethniques (2012) appelle à l’engagement de tous les groupes ethniques dans tous les projets et activités de développement pertinents, à la fois en ce qui concerne les avantages potentiels, ainsi que les impacts positifs et négatifs sur leurs moyens de subsistance et leur environnement. Cela exige que les groupes ethniques aient la possibilité de discuter de leurs préoccupations. Pourtant, une consultation significative avec les groupes ethniques (et tous les citoyens en général) avant le début des projets de développement a été un sujet de préoccupation permanent au sein de la société civile au Laos.

La loi foncière (2003) stipule que toutes les terres en RDP lao sont la propriété de la population lao dans son ensemble et que l’État doit garantir des droits fonciers à long terme en garantissant la protection, l’utilisation, l’usufruit, le transfert et les droits d’héritage. Cependant, si la loi reconnaît les droits d’utilisation des terres permanents et temporaires pour les individus, elle ne définit ni ne reconnaît les droits détenus par la communauté. Dans le cadre de l’utilisation communautaire des terres, les communautés gèrent souvent des biens communs, y compris les zones de montagne, les pâturages et les forêts villageoises. Certaines communautés ethniques ont aussi traditionnellement reconnu certaines zones forestières comme des sites forestiers sacrés, ou des forêts spirituelles, qui ont une signification culturelle et spirituelle significative. Tous les membres de la communauté ont le droit d’utiliser les terres communales et les autorités villageoises peuvent accorder des droits d’utilisation similaires à ceux des villages environnants. Les Ethnies du Laos

Ces dernières années, certaines initiatives gouvernementales ont montré un potentiel accru de reconnaissance des droits communaux. La délivrance de titres fonciers communaux a été testée dans une poignée de villages, et un projet de gestion des terres agricoles communales (CALM) a été poursuivi par le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, mais il y a peu de résultats à rapporter jusqu’à présent. La loi foncière est également en cours de révision, et la reconnaissance des droits fonciers coutumiers et communaux a été une question clé mis en avant par la société civile pour l’ inclusion dans la loi. 

Les politiques récentes du gouvernement lao se sont concentrées sur la promotion de l’unité, ayant parfois un impact négatif sur certains groupes ethniques minoritaires. Par exemple, le 7 ème Plan national de développement socio-économique (NSEDP) 2011-2015 a directement appelé les autorités à intégrer les petits villages pour assurer une meilleure administration et une meilleure fourniture des services. Les stratégies pour y parvenir comprenaient l’obligation d’exiger des groupes ethniques minoritaires de déménager, de les retirer des sources de revenus traditionnelles. Ces groupes ont dû lutter pour s’adapter. Certains impacts sur les groupes déplacés originaires des régions montagneuses comprennent des taux élevés de paludisme et de dengue dus à une exposition accrue aux moustiques après le déplacement vers les régions des basses terres. 

En août 2018, le gouvernement a développé cette politique de dislocation des groupes ethniques en publiant une loi sur la réinstallation et la vocation, qui pourrait avoir un impact considérable sur les groupes ethniques. La loi autorise la «réinstallation générale» des communautés vivant dans des «zones reculées et sous-développées», qui comprennent des zones pratiquant la culture itinérante et des «petits villages dispersés». La loi semble élargir le pouvoir du gouvernement de relocaliser les communautés, permettant la réinstallation non seulement en cas de projets de développement, mais aussi pour répondre aux propres plans du gouvernement. En vertu de cette loi, une compensation pour la réinstallation est disponible pour les personnes ayant un régime foncier à la fois formel et coutumier, bien que ceux qui n’ont pas de papiers peuvent ne pas recevoir de compensation pour leurs terres. . Le système de vote majoritaire est utilisé pour la réinstallation des groupes affectés dans de nouveaux espaces de vie alloués par les projets de développement.

Le 8e Plan national de développement socioéconomique (8e NESDP, 2016-2020) se concentre sur un certain nombre d’objectifs liés au développement du Laos. Concernant les groupes ethniques, il promeut l’amélioration des infrastructures dans les zones reculées, en particulier celles habitées par des groupes ethniques;  politique de protection sociale et réduction de la pauvreté pour répondre aux besoins et capacités spécifiques des personnes ethniques; et  la promotion de la diversité patrimoniale et des valeurs culturelles de différentes ethnies, afin de renforcer l’égalité et l’unité entre les peuples multiethniques. Une stratégie mise en évidence dans le plan de promotion du patrimoine culturel consiste à organiser des «foires culturelles des minorités ethniques» et à promouvoir le tourisme culturel. On ne sait pas si le gouvernement a consulté les groupes ethniques au sujet de ces stratégies. En même temps que la promotion des cultures ethniques, le plan appelle également à des efforts pour sensibiliser les peuples ethniques aux «valeurs culturelles de la nation» afin «d’établir un mode de subsistance conforme aux cultures avancées». 

Outre les cadres juridiques nationaux, le gouvernement du Laos a également ratifié un certain nombre d’instruments internationaux visant à protéger les droits du peuple lao, qui comprend tous les groupes ethniques. Ceci comprend:

  • Pacte international relatif aux droits civils et politiques;
  • Convention relative aux droits des personnes handicapées;
  • Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels; et
  • Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.

En ce qui concerne spécifiquement les droits des groupes ethniques, le gouvernement du Laos a ratifié la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.  Les Ethnies du Laos

Plusieurs agences gouvernementales et organisations de masse sont spécifiquement chargées des affaires ethniques. Le Comité des minorités ethniques de l’Assemblée nationale est chargé de rédiger et d’évaluer les projets de loi relatifs aux groupes ethniques. Sous la tutelle du Ministère de l’information, de la culture et du tourisme, l’Institut de recherche culturelle est chargé de la recherche relative aux groupes ethniques. Et l’organisation de masse, le Front lao pour la construction nationale, a un département des affaires ethniques qui est considéré comme la force dirigeante des groupes ethniques.  La mission du Département consiste à «mobiliser, protéger et promouvoir les avantages de tous les groupes ethniques» et «relayer les exigences, les frustrations et les véritables désirs de tous les Lao aux hauts fonctionnaires». 

Puisque le Laos se définit comme un pays multiethnique, la plupart des organisations de masse et des agences gouvernementales ont pour mandat de travailler pour tous les groupes ethniques, mais pas nécessairement avec une attention particulière aux groupes ethniques non majoritaires. Très peu de documents gouvernementaux, voire aucun, font référence à des groupes ethniques spécifiques qui ont besoin d’un soutien ou d’une attention accrue. Le résultat est que, malgré l’intention du gouvernement de servir «tous les groupes ethniques», les besoins uniques des peuples ethniques individuels peuvent rester sans réponse.

Vies des groupes ethniques minoritaires au Laos

 Les groupes ethniques du Laos autres que la majorité ethnique lao vivent généralement dans des zones plus reculées et rurales. Les peuples des hautes terres continuent de pratiquer l’agriculture en utilisant l’approche traditionnelle de la culture itinérante. Correctement pratiquée, cette méthode d’agriculture promeut l’utilisation durable des terres forestières. Par exemple, l’agriculture en rotation avec des systèmes de gestion appropriés, sans empiéter sur de nouvelles terres forestières, peut être écologiquement durable et même neutre en carbone. La politique foncière du gouvernement lao décourage cependant l’agriculture itinérante et la désigne comme l’un des facteurs contribuant à la déforestation et à la pauvreté. Il y a des discussions en cours sur l’évolution des perspectives et des politiques gouvernementales en faveur de la culture itinérante, car la question reste débattue au Laos. Les Ethnies du Laos

En plus de décourager la culture itinérante, le gouvernement lao et les agences internationales ont fait campagne pour l’éradication de la production d’opium, qui a toujours été cultivée dans les communautés des hautes terres (souvent ethniques). Cette stratégie comprend le déplacement des villages ethniques vers les basses terres et la promotion des cultures commerciales comme alternatives à la production d’opium. La stratégie a eu un succès limité, car de nombreux villages qui dépendaient auparavant de l’opium n’ont pas trouvé de moyens de subsistance stables et sont toujours confrontés à une pauvreté persistante. Les Ethnies du Laos

Étant donné que les terres sur lesquelles vivent les minorités ethniques et avec lesquelles ils ont un lien se trouvent généralement dans des zones reculées et rurales, les minorités ethniques n’ont pas accès aux services de base, tels que l’éducation et les soins de santé. S’il y a des écoles ou des centres de santé, ils manquent d’instructeurs, de personnel et de fournitures. Cela se traduit par des taux de scolarisation plus faibles et un analphabétisme plus élevé parmi les minorités ethniques, et en particulier parmi les femmes ethniques. Elle a également un impact sur les taux de mortalité infantile et maternelle: ceux-ci sont constamment plus élevés dans les provinces nordiques éloignées où l’accès routier et l’électricité sont limités. En outre, l’enseignement est généralement dispensé dans la langue officielle lao, plutôt que dans les langues parlées des différents groupes ethniques, ce qui peut amener les étudiants ethniques à se débattre.

Les groupes ethniques minoritaires opèrent principalement en vertu du droit foncier traditionnel et coutumier, et peu d’informations juridiques sont généralement disponibles dans leurs langues (car de nombreux groupes ethniques n’ont pas leurs écritures). En conséquence, il y a une compréhension limitée des droits fonciers en vertu des lois statutaires du gouvernement lao, même s’il y a une compréhension complète de leur revendication traditionnelle de la terre. Les minorités ethniques manquent souvent d’outils pour contester les saisies de terres, qui ont augmenté à mesure que les investissements étrangers au Laos se développent. Cela contribue à la persistance des inégalités entre le groupe ethnique majoritaire lao et les groupes ethniques minoritaires. Les Ethnies du Laos

Des tensions existent entre le gouvernement et certains membres de minorités ethniques. Le groupe ethnique Hmong, par exemple, a une histoire violente avec le gouvernement lao. Les Hmong se sont battus avec le gouvernement des États-Unis, contre les révolutionnaires lao, dans les années 60 et 70 dans la «guerre secrète» américaine en Indochine. Lorsque les révolutionnaires lao ont gagné la guerre, de nombreux Hmong et d’autres groupes ethniques qui se sont battus avec les Américains ont été persécutés. Ceux qui ont pu s’enfuir, créant une diaspora Hmong à travers le monde. Le conflit en cours entre le gouvernement et le peuple Hmong persiste, en particulier dans les jungles de la province de Saysomboun, où se cachent des soldats et des communautés Hmong. Certaines organisations internationales de défense des droits humains désignent ce conflit comme un signe que certains individus Hmong sont toujours visés par le gouvernement lao aujourd’hui.

Femmes de l’ethnie Hmong

Initiatives récentes pour soutenir les groupes ethniques

Le gouvernement lao travaille actuellement principalement avec des donateurs internationaux pour financer des projets de développement plus généraux qui ont également un impact sur les groupes ethniques minoritaires. Les projets financés par de grands donateurs internationaux, notamment la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, comprennent souvent des analyses sur la manière dont les activités du projet bénéficieront ou affecteront négativement les groupes ethniques minoritaires, bien que les ethnies ne soient généralement pas les seuls bénéficiaires cibles. Les Ethnies du Laos

Un exemple d’un tel projet de développement est le Projet de sécurité sanitaire de la région du Grand Mékong, soutenu par la Banque asiatique de développement (ABD). Le projet a consacré 12,6 millions de dollars EU au renforcement des capacités des services de santé. Le projet est centré sur les problèmes de santé les plus courants parmi les groupes ethniques ruraux, tels que le mauvais usage des antibiotiques, et se concentre sur les provinces où les groupes ethniques sont très présents.

Dans le projet du secteur routier au Laos, la Banque mondiale a fourni 47,40 millions de dollars américains pour les infrastructures au Laos, tout en prévoyant la manière dont le projet interagit avec les groupes ethniques et les protège. Le projet prévoit une compensation et une réinstallation pour toutes les terres prises pour des projets routiers. Les provinces sélectionnées pour la première étape étaient des provinces éloignées comptant de grandes communautés ethniques. 

Le gouvernement lao a également reçu auparavant un financement de la Banque mondiale pour des programmes de développement au niveau communautaire. 2,86 millions de dollars ont été alloués dans le cadre du projet de mobilisation des communautés ethniques pour l’amélioration des moyens de subsistance et du bien-être. Le programme a été mis en œuvre par le gouvernement laotien et a aidé à atteindre 85 villages, tous majoritairement des minorités ethniques, dont soixante-dix pour cent ont signalé une amélioration des moyens de subsistance. Les Ethnies du Laos

Her Works Vientiane

Plusieurs autres efforts ont été entrepris pour mettre en évidence les pratiques et cultures traditionnelles des nombreux groupes ethniques du Laos. L’initiative Lao Women, par exemple, a documenté la vie de neuf femmes rurales Hmong dans la province de Xieng Khouang en 2017 et 2018 dans une série de vidéos mettant en lumière leur vie quotidienne. Le magasin de détail Her Works, basé à Vientiane, a pour objectif de mettre en valeur et de préserver les pratiques artisanales uniques des groupes ethniques laotiens. Le site Web de l’entreprise et la page Facebook mettent en évidence les pratiques culturelles et les traditions artisanales de plusieurs des groupes qui travaillent avec l’entreprise. Le Centre d’arts traditionnels et d’ethnologie, situé à Luang Prabang, est une entreprise sociale qui comprend un musée et un magasin d’artisanat équitable qui promeuvent le patrimoine culturel diversifié du Laos. Les expositions comprenaient des points forts des instruments traditionnels, des pratiques de sculpture dans l’ethnie Katu et du tissage de paniers dans l’ethnie Khmou.

En général, en raison de l’accent mis par le Laos sur la création d’une nation multiethnique (où plusieurs groupes ethniques vivent ensemble dans une certaine communauté), les initiatives spécifiques ciblant les besoins individuels de certains groupes ethniques sont limitées. L’espace de la société civile pour les personnes ethniques est également limité et il n’existe pas d’organisations de la société civile reconnues par le gouvernement qui travaillent spécifiquement pour les besoins des groupes ethniques. Les Ethnies du Laos


Pour nous suivre sur Facebook, tu peux le faire directement via la colonne à droite de cet article ou en cliquant ici! Merci pour ton soutiens.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :