curcuma

Le Curcuma, en tant que plante médicinale aromatique, était connu des Indiens depuis l’Antiquité. L’utilisation du curcuma remonte à plus de 4000 ans. De nombreux scientifiques et historiens affirment que l’Asie du Sud est la patrie d’origine du curcuma, à partir de là, il aurait pu se propager dans les pays d’Asie du Sud-Est et les îles du Pacifique où le curcuma est cultivé.


Des écrits, dans l’un des plus vieux traités de médecine chinoise (2600 ans avant JC) : le PENTSAO de Sheng Nung, mentionnaient déjà l’utilisation du curcuma, comme traitement contre les douleurs articulaires. 
Il a été rapporté que le curcuma était cultivé de manière sauvage dans les régions forestières de Java, en Indonésie, dès le 5ème siècle après JC. 
Il existe des textes sanskrits qui appartiennent aux 5ème et 6ème siècles après JC décrivant les usages du curcuma. Marco Polo mentionne les usages du curcuma en Chine. Il est principalement cultivé en Inde, en Chine, à Taiwan, en Indonésie, au Sri Lanka, à Java, au Brésil, au Pérou, dans de nombreuses régions d’Afrique et en Australie.

Le curcuma est connu sous différents noms à travers le monde. Il est largement rapporté que le mot curcuma (Turmeric en anglais) pourrait provenir du mot latin Terra Meritta qui signifie sol sacré. Le mot curcuma pourrait également provenir de son aspect métallique et est communément appelé safran dans de nombreuses régions du monde. En Inde, il est connu sous différents noms dans différentes langues telles que Manjal en tamoul et malayalam, Arishina en Kannada, Pasupu en télougou, Haladi en sanskrit et Haldi en hindi et de nombreuses autres langues de l’Inde du Nord.
Cette épice était échangée lors de transactions commerciales, si bien qu’elle s’est rapidement retrouvée dans toute la péninsule arabique, au Proche et Moyen-Orient. C’est pourquoi on retrouve son utilisation aussi bien dans la médecine traditionnelle asiatique qu’arabe. 

Quelques données :

En Inde, le curcuma fait partie intégrante de la plupart des rituels védiques. C’est un ingrédient essentiel dans de nombreux médicaments préparés sous les systèmes indiens de médicaments tels que l’Ayurvédique, le Siddha et aussi de nombreuses pratiques médicinales ethniques et folkloriques. Dans de nombreuses communautés, le curcuma a toujours fait partie des rituels et des cérémonies liés à la fertilité et au bien-être des êtres humains et de la nature. De nombreuses traditions indiennes croient que le curcuma est une «plante divine» donnée aux êtres humains par les dieux.

Dans les grands livres médicaux ayurvédiques tels que Charaka Samhita, Susrutha Samhita, Vaagbhada Samhita et Haritha Samhithas, le curcuma est recommandé dans un certain nombre de préparations médicales. 
Bien que le curcuma ait été utilisé comme antibiotique et agent toxique pour soigner les brûlures, les coupures et éliminer les substances étrangères du corps, il est fortement recommandé de l’utiliser dans la cuisine pour un apport quotidien comme mesure de prévention des maladies, pour ajouter de la couleur et goût à la nourriture. Un apport quotidien de nourriture avec du curcuma est quelque chose que presque toutes les traditions indiennes recommandent de contrôler pour la prévention de nombreux troubles et maladies du corps. 

Le curcuma a toujours eu et a encore aujourd’hui une place de choix pour traiter de nombreuses maladies : contre les problèmes gastro-intestinaux (mauvaise digestion, dyspepsie…) et hépatiques, contre les rhumatismes et arthrites, comme anti-inflammatoire, pour soigner le rhume (mélangé à du lait chaud), comme antiasthmatique ou contre les bronchites et les allergies. On l’utilise aussi en décoction pour traiter les problèmes cutanés, les foulures et les entorses.

La poudre de curcuma est, aussi bien en Asie qu’en Afrique, une base pour de nombreux produits de beauté.

L’Inde produit près de 94% de la production totale de curcuma dans le monde et jouit de près de 50% du marché mondial. 

Apparence, composition et format

Les composants chimiques les plus importants du curcuma sont un groupe de composés appelés curcuminoïdes, qui comprennent la curcumine (diferuloylméthane), la déméthoxycurcumine et la bisdéméthoxycurcumine. Le composé le mieux étudié est la curcumine, qui est un ingrédient principal du curcuma en poudre. Le curcuma contient également de nombreuses huiles volatiles importantes, notamment le curmerone, l’atlantone et le zingiberène. L’huile et les oléo-résines extraites du curcuma sont largement utilisées dans l’industrie pharmaceutique. 

Le curcuma a près de 40 genres différents et 400 espèces. Les variétés les plus courantes de curcuma sont le curcuma longa (Celui qui est présent ICI), la curcuma aromatica, la curcuma amada, la curcuma algustifolia, la curcucuma zidoria

Le Curcuma Longa est une plante herbacée, vivace, rhizomateuse pouvant atteindre un mètre de haut. Elle appartient à la famille des Zingiberaceae.

Ses feuilles oblongues sont très longues, elles entourent l’inflorescence qui est constituée d’un épi pouvant mesurer une vingtaine de centimètres. Les feuilles sont alternées et disposées en deux rangées. Elles sont divisés en gaine foliaire, pétiole et limbe. 
Les fleurs sont généralement blanches ou jaunes, et on retrouve une bractée au sommet de l’épi de couleur rose.

Les rhizomes de couleur brun-gris à l’extérieur, sont durs et écailleux, quant à l’intérieur il est de couleur jaune orangé ou orange vif.

On recueille deux types de rhizomes : les principaux qui donneront le curcuma rond et les secondaires qui donneront le curcuma long, les propriétés étant identiques.

À partir des gaines foliaires, une fausse tige se forme. Les rhizomes sont la partie la plus largement utilisée de la plante comme ingrédient de cuisine, médicament et colorant, bien que les feuilles et les tiges soient utilisées à de nombreuses fins, principalement pour la cuisine.

Il se dégage du rhizome du curcuma une odeur forte et aromatique due à la présence d’une huile essentielle composée d’une fraction volatile et d’une fraction non volatile. Le goût est épicé, chaud et légèrement amer.

Les principaux composés chimiques de la fraction volatile sont des monoterpènes et des sesquiterpènes, la fraction non volatile est constituée de curcuminoïdes qui sont des dérivés phénoliques responsables de la couleur du rhizome.

L’oléorésine extraite du curcuma est largement utilisée en cuisine pour donner des couleurs attrayantes aux plats. La résine est de nature huileuse épaisse et de couleur brun foncé. L’oléorésine contient 30 à 40% de curcumine et 15 à 20% d’huile de curcumine

L’huile de curcuma est produite en distillant de la poudre de curcuma qui se compose de nombreux cétones et alcools. R Termeron et Termeron sont les cétones qui donnent au curcuma sa couleur et sa saveur.   

50 à 60 % des composés phénoliques sont la curcumine, la déméthoxycurcumine et la bisdéméthoxycurcumine

On trouve également dans le curcuma 64,9% de glucides, 7,8% de protéines, 9,9% de lipides, 11,4% d’eau, des minéraux, des vitamines C, B1, B2, B3, B9.

Le curcuma peut être consommé sous différentes formes : en gélule, en teinture, mais aussi en décoction ou infusion. On peut aussi la consommer en poudre directement dans l’alimentation.

Propriétés et effets souhaités

Les usages ancestraux ont été confirmés par de nombreuses études cliniques.
En règle générale, seul la curcumine a fait l’objet de recherches car c’est le principe actif de cette racine qui présente le plus d’effets bénéfiques pour la santé.

Activité anti-inflammatoire

Les premiers travaux réalisés dans les années 70 ont pu démontrer l’activité anti-inflammatoire chez le rat et la souris. La curcumine s’est dès lors révélée être efficace sur les inflammations aiguës et chroniques. D’autres essais réalisés sur des lapins ou encore chez l’homme ont permis d’affirmer que :

  • La curcumine présente une activité anti-inflammatoire au moins aussi importante que les corticoïdes avec une toxicité moindre.
  • La curcumine associée à un autre anti-inflammatoire (ex : famille des coxib, aspirine, phénylbutazone), permettrait d’en potentialiser l’effet et d’en diminuer les effets indésirables gastriques.

La curcumine agit à différents niveaux de la cascade inflammatoire (inhibition de la phospholipase 2, de l’acide arachidonique, des COX2, de la lipoxygénase, les cytokines inflammatoires, TNF α et le facteur NF-κB…).

Grâce à son mécanisme d’action, le curcuma peut être utilisé comme anti inflammatoire dans de nombreuses pathologies : rhumatisme, asthme, athérosclérose, cancer, maladie auto-immune (la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, la maladie de Crohn, le psoriasis et la rectocolite hémorragique) …

La curcumine peut donc être une bonne alternative aux anti-inflammatoires (bonne efficacité et toxicité moindre), mais elle permet aussi d’agir en synergie avec un traitement médicamenteux anti-inflammatoire pour en potentialiser les effets et en diminuer les effets indésirables gastriques.

Activité antioxydante

Les extraits de curcuma permettent de diminuer, voire de supprimer, la production de l’oxyde nitrique qui est un agent pro-inflammatoire puissant. Ils permettent aussi de capter les radicaux libres (anions superoxydes, radicaux hydroxyles…), de protéger les cellules contre le stress oxydatif, de prolonger l’activité des enzymes antioxydantes : la superoxyde dismutase, la catalase, la glutathion peroxydase, mais aussi de réparer les dommages causés par les radiations sur les protéines.

Activité au niveau digestif et hépatique

Le curcuma s’est montré efficace sur les ulcères gastroduodénaux, ce dernier a favorisé la guérison des lésions et diminué la douleur. Sur les modèles animaux, on a pu observer une stimulation de la production du mucus gastrique favorisant ainsi sa cicatrisation et sa protection.

Le curcuma est efficace pour la réduction des gaz intestinaux et a un effet hépato protecteur.

Potentiel anti-cancéreux

Aujourd’hui, on sait que l’oxydation cellulaire et les phénomènes inflammatoires ont une part importante dans la genèse des cancers. Grâce à ses propriétés anti inflammatoires et anti oxydantes, la curcumine montrerait un effet inhibiteur sur la cancérogénèse de différents types de cancers (côlon, pancréas, foie, sang…) et à différents stades. Le curcuma agirait sur trois étapes clé de la carcinogénèse : l’initiation, l’angiogenèse et la croissance tumorale.

On a administré de la curcumine à des souris ayant des tumeurs cutanées ou des polypes cancéreux : il a été constaté une baisse du nombre et du volume des tumeurs. Différentes études ont montré que les extraits de curcuma permettraient d’induire l’apoptose (mort cellulaire programmée) chez les cellules cancéreuses. Certains cancers y répondent bien, mais d’autres sont encore réfractaires.

Dosage et posologie

Utilisation en tant qu’anti-inflammatoire

De 0,8g à 1,2g par jour à répartir au moment des 3 repas

Contre les troubles digestifs

De 1,5g à 3g par jour à répartir au moment des 3 repas

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

L’obstruction des voies biliaires est une contre-indication. A ce jour aucune toxicité, ni interaction n’a été observée.

Associations suggérées

Augmenter la biodisponibilité du curcuma : Gingembre, poivre noir ou fenugrec

La curcumine ayant une faible biodisponibilité, il est intéressant de l’associer à du poivre car la pipérine contenue dans ce dernier va permettre de décupler cette biodisponibilité.
Une autre association peut augmenter la biodisponibilité : la broméline (présente dans le gingembre et l’ananas).

Pour augmenter la biodisponibilité, il est préférable de consommer le curcuma durant le repas, en effet les corps gras vont faciliter son assimilation.

Potentialiser l’effet anti-inflammatoire : Harpagophytum et boswellia

 


Nous mettons à votre disposition plusieurs poivres que nos agriculteurs partenaires produisent proche de la ville côtière de Kep, dans la Province de Kampot!

La gamme sera étendu dans le future mais nous espérons que celle-ci comblera déjà vos attentes!

Nous vous proposons donc dans notre boutique:

Le Poivre Noir de Kampot IGP, commerce équitable

Le Poivre Rouge de Kampot IGP, commerce équitable

 Le Poivre Blanc de Kampot IGP, commerce équitable

 Le Poivre Vert de Kampot IGP, commerce équitable

Mais aussi et plus surprenant :

 Le Poivre Frais au Sel de Kampot IGP, commerce équitable

(Idéal pour les apéritifs, tartines, potages…)

Ainsi que :

curcuma doré Le Curcuma Doré de Kampot, commerce équitable

(Il est produit sur le même sol que le poivre et bénéficie donc des atouts de ce terroir extraordinaire)

Apportez, A Vos Recettes, Les Saveurs D’une Table de Chef Etoilé, Avec Notre Gamme De Produits D’Exceptions!


Pour nous suivre sur Facebook, tu peux le faire directement via la colonne à droite de cet article ou en cliquant ici ! Merci pour ton soutiens.

Similar Posts
Latest Posts from

Laisser un commentaire